CCIF EN YYZ

En janvier, le Forum de l’industrie canadienne de la collision arrive à Toronto – y serez-vous ?

Par Steve Knox

En août, je me suis retrouvé dans une conversation qui m’est restée dans la tête de façon inconfortable. Au cours d’un déjeuner avec un collègue – un ancien combattant dans le monde des collisions au Canada – nous avons discuté des changements dans l’industrie et de la façon dont les entreprises de réparation ont dû s’adapter pour y faire face. Les voitures sur lesquelles nous travaillons ne sont pas comme les anciennes. Les attentes des clients sont beaucoup plus élevées, les implications légales de mauvaises réparations sont énormes, etc. J’ai commencé à parler de la façon dont j’allais assister à un événement de la CCIF, et j’ai demandé s’il y allait. Il m’a répondu :«À quoi ça sert, de toute façon ?»

J’étais sidéré. Au début de ma carrière, il y avait un événement de la CCIF à venir localement. Un évaluateur d’assurance est venu dans mon bureau et m’a demandé si j’étais présent. Le visiteur a expliqué en quoi les exposés présentés à ces réunions sont si importants pour notre industrie et comment je devrais m’y prendre. Je me suis dit :«J’ai assez à faire ici, pourquoi j’irais me frotter à une bande d’assureurs ?» Je n’y suis pas allé.

Les années ont passé, et j’ai continué à travailler dans ma petite boutique à l’arrière d’une concession, et à vendre le même travail de haute qualité de la même manière que nous l’avons toujours fait. En tant que concessionnaire Ford, j’ai vu passer de nouvelles technologies dans les voitures, mais je n’avais pas prêté beaucoup d’attention à la façon dont ces nouvelles voitures pourraient m’affecter. Un jour, j’ai eu un problème de réparation de collision sur mon bureau. J’ai parcouru le site et j’ai vu des photos de certains des assureurs que je connaissais et de certains de mes concurrents locaux lors d’une grande réunion à Toronto, la CCIF. L’article discutait ensuite de la façon dont ils parlaient des changements à venir dans la technologie, les logiciels et le matériel pour soutenir ces changements, et des effets qu’ils auront sur l’industrie.

«Hmmm,» murmurai-je à moi-même, «Il y a peut-être de bonnes informations là-dedans. Je pourrais peut-être vous montrer à quel point notre atelier est intéressé à suivre le rythme des voitures qui sont vendues dans notre salle d’exposition.» Le mois de janvier suivant, je me suis rendu à Toronto pour la grande réunion. J’ai rencontré la plupart des spécialistes de mon fournisseur de produits qu’ils emploient. Ils ont répondu à mes questions spécifiques qui me tourmentaient au sujet de leurs produits. J’ai rencontré des responsables de l’image et des responsables des assurances à qui je n’avais parlé qu’au téléphone, et j’ai pu commencer une relation face à face. J’ai entendu dire que les problèmes que j’avais n’étaient pas seulement les miens, mais aussi ceux de l’industrie. J’ai entendu parler de changements dont on prévoyait qu’ils affecteraient nos réparations au cours de la prochaine décennie. J’ai découvert que mon petit coin de la concession n’était pas différent de tous les autres centres de collision qui existent. C’était ma véritable introduction à la communauté dont je faisais déjà partie.

Au fil des ans, et j’ai assisté à de nombreuses réunions, j’ai appris à quel point la participation à la CCIF est vraiment importante. Notre industrie évolue maintenant si rapidement que nous avons plus que jamais besoin de rester à la fine pointe de la technologie. Les voitures branchées sont vendues tous les jours au Canada. Si le véhicule moyen sur la route a près de dix ans, nous avons tous intérêt à être prêts à avoir un modèle d’affaires complètement différent dans moins de dix ans. Ces questions sont discutées à chaque réunion de la CCIF cette année.

J’ai dit tout cela à mon collègue et j’espère que le message a frappé à la porte, mais je ne suis que trop conscient du fait qu’il n’est pas le seul membre de la communauté des réparateurs de collisions à s’interroger sur l’objectif de la CCIF et des organismes aux vues similaires. Il est facile de se désengager des changements qui touchent la communauté des réparateurs de collisions. Il est facile d’être cynique quant aux efforts déployés pour préparer l’avenir.

Mon message à la communauté canadienne des collisions est le suivant : si vous voulez comprendre où nous allons en tant qu’industrie, et apprendre comment survivre, réservez une place. C’est important-aucun d’entre nous n’est dans cette industrie à lui seul.

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.