LE CHEF D’ORCHESTRE

DIRIGER DANS LA RÉGION DU CAPITOLE

PAR JORDAN ARSENEAULT

Dans la région de la capitale, qui délimite les frontières des plus grandes provinces du pays, les quatre Canadas se heurtent. Ici, dans la région d’Ottawa-Gatineau, francophones, anglophones, autochtones et néo-Canadiens gouvernent, travaillent et vivent ensemble comme une symphonie orchestrale.

Comme les habitants de la région de la capitale, l’équipe diversifiée de CSS Star Motors est composée de locuteurs de plusieurs langues et origines, travaillant ensemble dans un but commun. Lorsque les collisions routières provoquent une note discordante qui pollue le chant harmonique de la région de la capitale, l’équipe est là pour remettre la musique sur les rails. Leur chef d’orchestre ? L’intrépide Jason Tanguay.

Travailler dans le domaine de la réparation de collisions est plus qu’un travail pour Jason Tanguay, directeur de CCS Star Motors, c’est une passion qui dure toute la vie. « Enfant, j’ai toujours eu envie de conduire. Je suppliais les membres de ma famille de me laisser conduire le tracteur dans les champs. Quand je campais en famille, mon père me faisait asseoir sur ses genoux et diriger le camion pendant que nous faisions le tour du terrain de camping. C’est au cours de ces années que j’ai développé une passion pour les véhicules» , dit Tanguay.

À mesure que Tanguay vieillit, son affection pour l’industrie automobile grandit avec lui. À l’âge de seize ans, Tanguay ne voulait rien de plus que de mettre la main sur son propre véhicule. Heureusement pour l’aspirant réparateur de collision, il n’aurait pas à attendre longtemps. Cette même année, Tanguay et son ami Joey achètent deux Honda Preludes d’un voisin.

Le père de Joey, un mécanicien de l’époque, avait les outils nécessaires pour que les deux jeunes hommes puissent se salir les mains et sentir ce que c’était que de réparer un véhicule pour la première fois. L’occasion n’était pas seulement un rêve devenu réalité pour Tanguay, mais aussi le début de ce qui allait devenir une carrière réussie dans la réparation de collisions. «Vous pouvez imaginer deux jeunes de seize ans qui grincent de la rouille et giflent Bondo sans vraiment savoir ce que nous faisions, et si nous le faisions bien ou pas.

Nous avons travaillé jour et nuit sur ces voitures, en utilisant les pièces d’une voiture pour construire l’autre », dit-il. À l’école secondaire, Tanguay excellait en atelier, réaffirmant sa conviction que le métier d’automobile était ce pour quoi il était né. Sous la tutelle d’un enseignant du secondaire du nom de M. Walker, M. Tanguay a appris les rudiments de la réparation de véhicules, mais

surtout, il a acquis la confiance nécessaire pour poursuivre sa carrière. « Il croyait que je ne pourrais avoir que du succès tant que j’y mettrais les efforts et la détermination nécessaires. C’est grâce à lui que je suis là où je suis aujourd’hui », a dit M. Tanguay.

Devenir directeur d’un centre de collision pour le concessionnaire de luxe Mercedes Star Motors à Ottawa ne s’est pas fait du jour au lendemain. Après l’école secondaire, il a immédiatement commencé à travailler dans les métiers. Il a commencé par balayer les planchers, avant de se diriger vers le lavage de voitures. De là, Tanguay est passé à la préparation des voitures pour les réparations de carrosserie et la peinture, avant de devenir évaluateur et directeur de production.

À l’âge de 22 ans, il a obtenu son permis de réparation de carrosserie. Le voyage de Tanguay jusqu’à Star Motors a été long et éreintant, mais le résident d’Ottawa n’a pas voulu changer pour le monde. « Apprendre et progresser a toujours été mon but. La gestion me permet de faire partie de chaque département. Cela me permet d’être un chef d’équipe et d’influencer comment et pourquoi nous faisons les choses. Chaque jour, je fais face à quelque chose de nouveau et j’apprends quelque chose de nouveau, et c’est ce qui me fascine et me rend heureux dans ce rôle », dit-il.

Les expériences passées de Tanguay à l’atelier lui ont certainement été utiles, non seulement pour acquérir son poste chez Star Motors, mais aussi pour l’aider à exceller dans ce rôle. Un peu plus d’un mois après le début de son nouveau poste, Tanguay a déjà impressionné plusieurs personnes au sein de l’atelier, dont Justin Desrosiers, un technicien en carrosserie chez Star Motors, qui a terminé un programme de remise à neuf avec Tanguay au Collège Algonquin.

« Avoir un responsable qui sait ce qui se passe est un atout énorme pour les gars sur le terrain », a déclaré Desrosiers. « C’est un mécanicien de carrosserie qui sait peindre une voiture et la réparer, donc quand il s’agit d’expérience sur le plancher, Jason peut s’identifier un peu mieux parce qu’il sait ce que nous faisons. » Ce qui peut sembler être une vie de travail pour certains, n’est que le début pour Tanguay. Aujourd’hui âgé de 34 ans et solidement établi du côté de la direction de l’industrie, M. Tanguay s’efforce de recueillir le plus d’information possible auprès des personnes qui l’ont précédé.

« J’ai hâte d’apprendre beaucoup de Dan Drouin, notre directeur des opérations fixes, et d’Yves Laberge, notre vice-président et directeur général », a déclaré M. Tanguay. « Ces deux hommes sont de grands chefs de file qui non seulement sont dans l’industrie depuis de nombreuses années, mais qui ont aussi connu du succès. Les deux sont des gens étonnants qui me soutiennent à 100 pourcent. » Malgré les premiers succès qui l’ont mené à son poste actuel, le point de vue de Tanguay n’a pas changé du tout.

En fait, il maintient toujours la même passion qu’il a développée pour l’industrie du tracteur il y a une trentaine d’années. « Si vous avez l’esprit ouvert et que vous n’avez pas peur de vous salir les mains, cette carrière peut être vraiment gratifiante», dit Tanguay. « Il n’y a jamais un moment ennuyeux. »

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.