Se souvenir d’une icône de l’industrie

Le Montréalais René Lapointe, un célèbre spécialiste de la réparation, consultant, formateur et éducateur est décédé. Lapointe a commencé sa carrière de carrossier auprès d’un centre de poids lourds General Motors à St-Laurent, au Québec, en 1965. Plus tard, copropriétaire de Le Carrossier A & L, Lapointe est devenu instructeur en réparation de carrosseries et peinture pour General Motors, puis pour NAPA. De 1997 à 2012, Lapointe a enseigné à l’École des métiers de l’équipement motorisé de Montréal et a dirigé son entreprise indépendante de conseil et de formation, Communications René Lapointe.

C’est durant ces années que Lapointe a commencé à s’enseigner lui-même l’anglais afin d’enseigner les principes de la réparation aux anglophones et aux francophones. «Cela m’a toujours étonné de voir à quel point René se souciait de l’industrie», déclare Kevin Earlywine, un ami de longue date. «Même s’il savait qu’il ne lui restait plus beaucoup de temps, il aimait tout de même suivre le rythme.» L’industrie était sa vie et il aimait en parler. “ Première rencontre avec Lapointe lorsqu’il était responsable de la traduction des communications de Mitchell International en français québécois, la première conversation de Earlywine avec Lapointe était une conversation téléphonique au cours de laquelle Lapointe a critiqué les choix nus et lui a aidé à les améliorer. «C’était important pour lui que la langue soit écrite et il a pris le temps de relire tous mes brouillons», explique Earlywine, qui est rapidement devenu ami avec LaPointe, montrant à Earlywine toute la culture et les sites de Montréal.

Après avoir pris sa retraite officielle en 2012, il a continué à offrir des programmes de formation indépendants, personnalisés et bilingues sur l’estimation, la gestion du temps des directeurs d’atelier et la réparation de la fibre de verre. «René traduisait toujours ses cours en anglais et me les envoyait pour corriger la grammaire. J’ai toujours été heureux d’aider », déclare Earlywine. «Son amour pour l’industrie était contagieux.”

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.