LES AGENTS DU CHANGEMENT

VOTRE VOIX EST VOTRE OUTIL LE PLUS PUISSANT

PAR ALLISON ROGERS

Il y a très peu de choses que j’aime plus que parler. Je m’épanouis à tenir des conversations à n’importe quel coin de rue. Des conversations avec mon barista? C’est un événement quotidien. Des conversations sur les méandres de la météo avec mon voisin? Elles sont particulièrement fréquentes. De temps en temps, même mon chien me dit de me taire.

Aimez-vous vous défouler? Selon toute vraisemblance, oui; en tant qu’êtres humains, nous voulons tous être entendus. Darryl Simmons, rédacteur en chef de Collision Québec, a écrit un article intitulé « Le point de bascule ». Vous pouvez lire sa note au début de ce numéro. Comme le mentionne la chronique de Darryl, les réactions suscitées par le magazine ont été nombreuses. Le contenu de certaines des lettres que nous avons reçues pourrait être disposé en colonnes pleine page comme celles que nous publions dans chaque numéro. De nombreux points soulevés dans chacune de ces lettres ont été repris dans d’autres; parmi les idées partagées, on retrouve la conviction que rester anonyme, c’est rester en sécurité.

 Cette affirmation peut sembler vraie; il suffit de voir comment les « trolls » opèrent sur Internet pour s’en convaincre. L’écran d’ordinateur ajoute une couche de sécurité. Vous avez probablement entendu le mythe épique qui raconte comment les Grecs ont gagné la guerre de Troie; vous savez, celui où les gars se cachent dans le cheval qu’ils ont déguisé en trophée pour les Troyens, pour ensuite démanteler la ville de l’intérieur une fois qu’ils y ont été accueillis? Aussi malheureux que cela puisse être, la vie réelle, du moins la vie en 2022, ne reflète guère les réalités décrites dans le poème épique d’Homère. Ce ne sera pas une situation de Cheval de Troie. Rester silencieux ne vous vaudra pas beaucoup d’éloges.

Avec une formation en écriture créative, j’ai été entraîné à éviter les clichés. Je pourrais remplir cette page d’une liste de citations surutilisées qui provoqueraient des roulements d’yeux dans tout le pays, et peut-être que le paragraphe sur le cheval de Troie ci-dessus l’a fait. Quoi qu’il en soit, venons-en à mon point essentiel : j’aime parler, probablement tout comme certains d’entre vous. Certains de nos lecteurs connaissent par coeur le numéro de téléphone de notre bureau. D’autres savent que mon courrier électronique est toujours ouvert. Alors, s’il vous plaît, écrivez-nous. Envoyez-moi un message ou à l’un de nos autres rédacteurs. Je vous confirme que, même si j’aime parler, je suis à l’écoute et notre équipe l’est également. Et, non, vous ne verrez pas vos articles étalés sur les premières pages du magazine une fois que vous aurez raccroché le téléphone. Cet appel à l’action n’a pas d’intentions cachées et ne s’adresse pas à un secteur vertical particulier de la réparation après collision. Si vous avez un intérêt dans le secteur, nous sommes toujours prêts à discuter. Collision Québec est à vos côtés, quelle que soit l’actualité.

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.