RIEN DE PLUS BEAU QU’UNE BELLE FINITION

LES COULEURS DE L’ÉTÉ SONT MAGNIFIQUES LORSQU’ELLES SONT ASSORTIES

ARTICLE DE STEFANO LIESSI

J’ai commencé ma carrière dans l’industrie de la carrosserie au service de la finition. Quelques années au milieu du mastic, de la laque et de l’apprêt. Je peux encore sentir le doux parfum du talc. Malheureusement, ce sera l’une des odeurs qui déclencheront probablement en moi des difficultés à mesure que je vieillis, car j’étais, comme beaucoup de mes collègues, moins conscient de la protection contre les dangers des matériaux qui étaient le pilier de notre métier. Les panaches de poussière dans l’air provenant du ponçage et du choc des blocs de ponçage sur nos combinaisons, pour déboucher les quantités copieuses de résidus de ponçage, pour étirer ce morceau de 320 encore plus loin. Sans parler de la soufflerie personnelle que chaque préparateur avait sous la main pour créer un tourbillon de poussière dans l’atelier. Habituellement, un ventilateur composé d’une tige de poussée d’un petit bloc Chev brasé dans un raccord Milton. Ah, le bon vieux temps!

La satisfaction qu’on ressent lorsqu’on obtient la brillance finale sur ce panneau parfaitement préparé en valait toujours la peine. Le temps passé dans la cabine à appliquer ces couches de couleurs magnifiques, à y mettre tout son coeur avec la plus grande précision, tout cela pour obtenir une finition sans poussière. Voir votre dur labeur sortir de la cabine à flux croisés; celle avec les filtres dans les portes, pendant que les pitreries énoncées dans mon premier paragraphe se déroulaient devant lesdites portes. Beaucoup de choses ont changé au fil des ans. Il y a eu un nombre incroyable d’avancées dans le domaine de la refinition. Des couleurs étonnantes sur un spectre infini de tons, de flips, de nuances, de profondeurs et de paillettes. Certaines d’entre elles ont même un aspect mat.

La brillance du premier coup est toujours merveilleuse, mais que se passe-t-il lorsqu’il s’agit d’une réparation après collision avec une finition partielle? Les finitions d’aujourd’hui font appel à des procédés qui ne ressemblent en rien à ce que l’on faisait autrefois. L’écart de couleurs entre les applications était minime à l’époque comparé à aujourd’hui. Il était parfois plus facile d’as-sortir une couleur, surtout lorsque beaucoup d’entre elles avaient la profondeur et l’apparence d’une nappe. Il n’était pas rare qu’un peintre sorte un bâtonnet de tasse et fasse un rapide examen visuel de la couleur pour confirmer qu’elle était bonne. En de rares occasions, un peintre pouvait pulvériser la carte, mais cela pouvait prendre du temps et nécessiter un temps de séchage.

La mise à la teinte à la volée n’était pas non plus un grand défi pour beaucoup, car nous étions en mesure de « mettre la teinte sur le bâton », comme nous le disions. Et, si tout échoue, ajoutez du vert. Ce sont les mots d’un peintre avec lequel j’ai travaillé il y a des décennies, alors que j’apprenais, et qui me sont chers. Ce que je veux dire, c’est que les choses étaient, d’une certaine manière, plus simples à l’époque. Mais les couleurs et les finitions d’aujourd’hui sont inégalables. Il n’y a vraiment pas de mauvaise ligne de peinture sur le marché; et, s’il y en a une, elle est courte.

Le consommateur d’aujourd’hui exige qualité et perfection, la réparation invisible dont nous faisons la promotion si gracieusement est tout à fait réalisable dans nos ateliers. Soyons réalistes, si quelqu’un endommageait ma voiture, je veux qu’on lui redonne son look et son état d’avant l’incident. Cela inclut la correspondance des couleurs.

Donc, avec nos capacités et nos produits, ainsi que les demandes et les garanties des consommateurs, pourquoi les ateliers de réparation ne font-ils pas progresser leur gestion de la correspondance? Nos produits ne nous permettent plus d’agir de la même manière ni nos tactiques de traitement. L’établissement de plans et la pulvérisation vont de pair; ils font partie du processus de réparation, et non du coût de l’activité. Il s’agit d’un processus opportun pour obtenir une correspondance correcte.

Maintenant, dans de nombreux cas, la couleur choisie est ce que nous appelons un mélangeable; mais pas dans tous les cas. Les fabricants de peinture sont confrontés à de nombreux défis, tout comme les peintres. L’emplacement de la construction d’origine, l’environnement, les changements de contrat des équipementiers, la pulvérisation des composants en dehors du site ou à des moments différents, la date de pulvérisation à partir de l’usine, les variations de teintes entre l’équipementier et les différents fournisseurs au détail, la remise à neuf en 2, 3 ou 4 étapes, et la liste est longue. Lorsque la couleur ne peut être mélangée, nous devons procéder à des pulvérisations. Avec les produits d’aujourd’hui, la teinte sur bâton n’est plus une option; les finitions à l’eau ont modifié le paysage, ce qui est excellent pour l’environnement, mais moins bon pour la teinte sur bâton. Les aérosols demandent du temps et du matériel. C’est plus facile à mesure que les peintres développent leur catalogue, mais vous vous trompez si vous pensez que vous allez éviter les problèmes. Vous ne faites que les gérer. Le temps, c’est de l’argent, et il faut en tenir compte dans votre administration. Si vous donnez des garanties et des promesses de réparations invisibles aux clients, alors vous devez prendre le temps de faire le processus correctement. Nous ne sommes pas exactement dans une période où nous pouvons simplement refaire un travail sans problème, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, l’augmentation du prix des matériaux est bien plus importante qu’elle ne l’a jamais été.

Il y a beaucoup de facteurs qui entrent dans le coût. Il est absurde de plafonner les processus et les matériaux si l’on s’attend à ce que l’affaire soit faite une fois pour toutes. Heureusement que les fabricants de peinture offrent de la formation, ce qui était beaucoup plus rare il y a 25 ans. Il est très avantageux pour le peintre d’apprendre ce qu’il peut auprès du fournisseur afin d’améliorer sa connaissance du produit et de comprendre les défis qui l’attendent en matière d’assortiment et de finition. Après tout, un peintre n’a qu’une seule chance de bien faire les choses.

À mon avis, et vous avez droit à mon opinion : si vous devez être pris en otage par vos indicateurs clés de performance, vous devez tenir compte de tous les processus et coûts en jeu. Les matériaux et l’appariement sont une petite partie de l’équation qui a un impact important sur votre entreprise et il est temps de les prendre en compte.

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.