SE BRANCHER

NE SOYEZ PAS CRAINTIF EN DÉCOUVRANT LES VÉHICULES ÉLECTRIQUES

PAR ALLISON ROGERS

Véhicules électriques par-ci, véhicules électriques par-là; mais combien de réparateurs voient vraiment ces véhicules au quotidien?

Peu importe le nombre de mains levées, un fait demeure : l’électrification arrive, et il faut des personnes compétentes pour réparer ces véhicules.

Le Québec affiche l’un des taux d’adoption de véhicules électriques (VE) les plus élevés au Canada, 46 pour cent du parc canadien de VE étant enregistré par des conducteurs québécois, selon les statistiques de 2021 de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ). Bien que la province soit toujours à la traîne derrière la Colombie-Britannique en termes d’adoption globale; le nombre d’immatriculations de VE par habitant en Colombie-Britannique était de 8,4 pour cent en juillet 2021, tandis que le Québec suivait de près avec 6,8 pour cent. D’autres initiatives d’électrification ont été mises en place pour faire du Québec un leader de l’électrification du parc automobile Canadien.

Au début du mois de mars, deux grands acteurs de l’industrie automobile, General Motors et le géant allemand des revêtements BASF, ont annoncé qu’ils prévoyaient tous deux inaugurer des installations à Bécancour, au Québec, en invoquant des objectifs de traitement des matériaux des batteries de véhicules électriques. Tous deux traiteront les matériaux actifs de la cathode (CAM), qui représentent près de 40 % du coût de chaque batterie de VE.

Bien que les projets respectifs aient peu d’impact direct sur le secteur de la réparation après collision, ces investissements constituent des points de repère importants dans la mission du Canada de se positionner comme un chef de file en matière d’électricité. En bref, si les statistiques sont exactes, les véhicules électriques deviendront la norme et la main-d’oeuvre du secteur de la réparation des carrosseries doit s’y préparer.

Au début du mois d’avril, M. Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région de la Mauricie, a annoncé un investissement de plus de 2 millions de dollars dans le développement des compétences des travailleurs de l’industrie automobile, plus particulièrement dans le secteur de la réparation des carrosseries. La première tranche de 1,6 million de dollars est destinée au Conseil Provincial du Comité paritaire de l’industrie des services automobiles et servira à développer une formation spécifique liée à la réparation des véhicules hybrides et électriques, l’enseignement sera mis en oeuvre par des experts qualifiés et des partenaires de l’industrie.

« À terme, ils permettront de former 230 carrossières et carrossiers et 100 estimatrices- gestionnaires et estimateurs-gestionnaires d’atelier, de manière à répondre à l’urgent besoin de main-d’oeuvre dans ce secteur », peut-on lire dans le communiqué officiel du gouvernement du Québec. La première étape est la compréhension de base. Selon David Giles, cofondateur et spécialiste technique de All EV Canada, les craintes entourant les batteries à haute tension sont pour la plupart injustifiées; il affirme que la seule différence entre les VE et les véhicules à moteur à combustion interne (MCI) réside dans les groupes motopropulseurs.

« Il n’y a rien de spécial dans une voiture électrique, si ce n’est le groupe motopropulseur, a-t-il déclaré à Collision Québec. Elles fonctionnent toujours avec les mêmes panneaux de carrosserie. Le Hyundai Kona est un excellent exemple : un Kona à essence et un Kona électrique sont identiques, pour la plupart, à part les groupes motopropulseurs. » Il ajoute que le manque de connaissances autour des VE a engendré une peur compréhensible et finalement inutile, de la technologie qui pourrait finir par envoyer des véhicules réparables dans des parcs de récupération.

« Je constate que les évaluateurs et les experts des compagnies d’assurance condamnent trop facilement ces voitures parce qu’ils ont peur des batteries. » « Laissez-moi vous répondre : combien de fois faites-vous tomber votre téléphone et le remettez-vous dans votre poche? »

Selon David Giles, cofondateur et spécialiste technique de All EV Canada, les craintes entourant les batteries à haute tension sont pour la plupart injustifiées; il affirme que la seule différence entre les VE et les véhicules à moteur à combustion interne (MCI) réside dans les groupes motopropulseurs.

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.